mercredi 17 décembre 2014

Les ailes de Sarajevo

Bill Carter

Editions Intervalles, 467 pages

2008


Titre original: Fools Rush In.



Ce roman autobiographique revient sur la guerre de Bosnie (1992-1995) et raconte à la fois le quotidien du plus long siège du XXe siècle vu de l'intérieur, mais aussi la chaîne d'évènements qui, grâce à l'auteur Bill Carter, a amené le groupe irlandais U2 à s'engager et à militer pour que la communauté internationale agisse et fasse cesser le conflit (..)


Les ailes de Sarajevo, publié aux Etats-Unis en 2004 et en France en 2008 chez Intervalles, nous ramène au début des années 90, quand il suffisait de faire quelques heures de route pour se retrouver au coeur d'un champ de bataille.

Dans le quotidien d'une capitale assiégée


Les tours Unis, à Sarajevo, en feu en 1992 au début du siège
Bill Carter, jeune Américain en errance, raconte comment il a intégré un jour de mars 1993, un convoi humanitaire britannique rencontré à Split (Croatie) et qu'il est entré dans Sarajevo assiégée. Il raconte aussi comment il a vécu ces mois de mission sur place, à faire des distributions, logeant dans l'une des fameuses tours jumelles, les tours Unis, sous le feu des snipers et de l'artillerie serbe. Il raconte les privations, les problèmes d'alimentation et d'hygiène de la population, la vie underground; les débats entre ONG (Organisations non gouvernementales) aussi. On y croise des figures de la vie sarajevienne pendant le siège comme par exemple Celo, le mafieux converti en soldat mais aussi des journalistes, des humanitaires, des politiques, des musiciens... Le récit est l'un des plus réalistes et plus fidèles qu'il soit donné de lire sur cette période du siège.

Interviewer U2 pour tenter de changer le cours de l'histoire


Bill Carter raconte aussi le découragement, après plus d'un an de siège, à voir des casques bleus impuissants et les civils subir les affres du siège. 1993 est en effet l'année où tout s'aggrave quand les Croates de Bosnie, jusque là alliés des Bosniaques face aux Serbes de Bosnie, ouvrent un nouveau front. C'est à ce moment là qu'émerge l'idée de faire autre chose que la seule livraison d'aide alimentaire. Faire du bruit, toucher l'opinion internationale. C'est à ce moment là que Bill Carter réussit à entrer en contact avec le groupe de rock irlandais U2. Il décroche un interview pour la télé de Sarajevo en juillet 1993 à Vérone en Italie.

Des témoignages devant 50000 personnes


Puis ensemble, avec les membres du groupe, Bono en tête, ils décident de faire autre chose. Ils écartent d'abord l'idée d'organiser un concert dans la capitale assiégée, trop dangereux pour le public qui se regrouperait et pour les musiciens.

Ils décident alors d'organiser des retransmissions en direct depuis Sarajevo, de témoignages d'habitants de Sarajevo pendant les concerts de la tournée européenne Zooropa du groupe de rock (après la sortie des albums Achtung Baby et Zooropa). Il y aura treize retransmissions au cours de treize concerts. La première aura lieu pendant le concert de Bologne en juillet 1993. Elle est visible ci-dessous. Bill Carter est au centre et tient le micro. Les deux hommes à ses côtés, Darko à droite et Vlado à gauche, sont très présents dans le roman.




Bill Carter a également réalisé un documentaire, Miss Sarajevo, produit par Bono, sur le siège de Sarajevo. Le titre vient du concours de beauté organisé dans la ville en guerre. Le clip comporte des séquences filmées par Bill Carter. De là naîtra la chanson Miss Sarajevo, écrite par Bono et interprétée avec le ténor Luciano Pavaroti. Le documentaire a obtenu plusieurs prix. U2 se produira en concert à Sarajevo en 1997, deux après la fin de la guerre.

Le clip Miss Sarajevo écrit par Bono pour le documentaire de Bill Carter.




Ce beau roman intense raconte avec réalisme un chapitre de la guerre de Bosnie. Le récit de la vie quotidienne est saisissant et pour qui a connu cette époque tragique, c'est bluffant. Ce roman est aussi un beau texte sur la vie et sur l'amour et par certains côtés, un récit de voyage.



Pour aller plus loin:










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire