samedi 27 décembre 2014

La 317e section

Pierre Schoendoerffer

Table ronde, 256 pages

1963




La guerre d'Indochine est rare en littérature. La 317e section cumule donc la rareté d'un sujet peu traité et la qualité d'un texte de belle portée littéraire.

La 317e section imaginée par Pierre Schoendoerffer est composée de 41 supplétifs laotiens encadrés par quatre Français. Le 26 avril 1954, en pleine offensive Viêt-Mihn, le sous-lieutenant Torrens reçoit l'ordre d'abandonner le poste de Luong Ba, à la frontière du Laos, et de rejoindre un autre poste, Tao Tsaï, sur la route vers Luang Prabang. L'action, dure six jours, jusqu'au 4 mai. Elle se déroule donc au moment de la phase finale de la bataille de Dien Bien Phu. (..)

Une colonne française pourchassée par le Viêt-Minh


Quelques heures à peine après avoir quitté le poste, la colonne est accrochée et compte plusieurs blessés. Il est décidé de fuir avec les blessés sur des civières.

Commence une aventure de plusieurs jours à travers la jungle sous la pression des rebelles communistes. Le sous-lieutenant Torrès, arrivé sur place quinze jours plus tôt est peu expérimenté. Il est assisté de l'adjudant Willsdorff, un Alsacien, ancien incorporé de force dans la Wehrmacht (il fut Malgré Nous). Il est le prototype du sous-officier qui possède le sens de l'organisation, l'expérience des combats. Il y a également les sergents Roudier, Perrin, ainsi que le sergent laotien  Ba Kut.

Huis clos haletant dans la jungle


Outre le Viêt-Minh, nombreux, redoutable, insaisissable, la colonne doit également affronter la jungle, l'humidité, la pluie, la boue, les sangsue, les moustiques, la gangrène et la dysenterie. Elle croise des villages posés au milieu de nulle part, plongés au coeur de la guerre où les civils se sont pris entre deux feux. Pour la 317e section, la guerre est désormais une fuite avec peu d'espoir de rallier les lignes françaises et d'en réchapper.

Pierre Schoendoerffer
Dans ce huis clos haletant au coeur de la jungle dense, Pierre Schoendoerffer décrit des soldats qui vont au-delà de leurs limites, assaillis par un ennemi invisible et qui leur est supérieur. Il n'y a aucune allusion aux origines du conflit et au sens du combat que mènent les hommes. Ils sont seuls dans la jungle, isolés, loin de tout. L'ambiance moite et humide est incroyablement réaliste. L'eau coule de partout et les hommes ont beau s'enrouler dans leurs ponchos lors des rares pauses, les treillis sont trempés et les allumettes peinent à allumer des cigarettes humides.

La 317e section est aussi un film


Pierre Schoendoerffer (1928-2012) a connu la guerre d'Indochine. Engagé volontaire en Indochine en 1952, il est attaché au service d'information des armées et filme la guerre. Il est fait prisonnier à Dien Bien Phu lors de la chute de la cuvette, le 7 mai 1954. De retour en France, il devient réalisateur de films et journaliste.

Il publie la 317e section en 1963 et réalise le film du même nom en 1965 avec Jacques Perrin dans le rôle de Torrens et Bruno Cremer dans le rôle de Willsdorff.











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire